Comment chier dans les bois : pour une approche environnementale d’un art perdu

 

Titre : Comment chier dans les bois : pour une approche environnementale d’un art perdu
Auteur(s) : Guide Edimontagne
Éditeur : Edimontagne
Date de parution : 22/03/2001
Nombre de pages : 144
Poids : 205 grammes
Dimension : 21,1 x 1,1 x 13,1 cm
ISBN-10 : 2913031161
ISBN-13 : 978-2913031166

Résumé :
Comme son titre l’indique, ce livre aborde un sujet des plus intimes et des plus terre à terre…
.
Des toilettes sèches au « poop tube » (tube à caca) qu’utilisent les randonneurs les plus méticuleux, il y a « matière » à dire sur le sujet.
.
Le succès actuel de la randonnée amène une nouvelle forme de pollution, qui transforme certains lieux naturels en latrines publiques…

L’une des premières personne à avoir tiré la… sonnette d’alarme sur ce sujet est Kathleen Meyer, dans son livre intitulé avec simplicité « Comment chier dans les bois » (paru en France aux éditions Edimontagne).
.
Un ouvrage « fort bien torché », comme l’écrit un critique 🙂
.
« Comment chier dans les bois » aborde le sujet de façon à la fois humoristique et très documentée. Un sujet encore tabou malheureusement en France, par exemple.

Rappelons au passage que les Français sont connus pour être les touristes les plus sales du monde : seuls 30% d’entre eux respectent les consignes sanitaires (vaccins ou autres) dans leurs voyages à l’étranger. 70% s’en foutent.

D’une manière générale, le fait est que beaucoup de gens font leurs besoins n’importe où et n’importe comment dans la nature, amenant des maladies et se les transmettant.

Résultat, on ne peut plus boire dans une rivière, ni même dans un torrent de montagne, sans attraper la chiasse à cause des maladies qui s’y sont installées grâce aux promeneurs incontinents.

On recense désormais de manière généralisée, dans les lieux mêmes les plus préservés, diverses espèces de protozoaires, de bactéries et de virus, qui peuvent causer des troubles sérieux.

Beaucoup de gens, qui font l’expérience de manger des plantes sauvages, s’en trouvent malades, alors que le problème vient souvent du manque d’hygiène et non des plantes (transmission de protozoaires quand on mange cru sans s’être lavé les mains après s’être torché le cul…).

Le livre de K. Meyer fait le tour du sujet, en abordant tous ses aspects :
.
de la technique proprement dite (les 1001 manières de chier dans les bois, selon la personnalité de chacun(e)), aux diverses méthodes pour purifier l’eau (filtrage, traitement chimique, etc), en passant par les règles d’hygiène élémentaires qui permettent de préserver autant notre santé que celle de la nature…