Guide du savoir vivre en autosuffisance

 

Titre : Guide du savoir vivre en autosuffisance
Auteur(s) : Dominique Boscher
Éditeur : Act-Imm
Date de parution : 21/04/2013
Nombre de pages : 186
Poids : 840 grammes
Dimension : 21,59 x 21,59
ISBN-10 : 9782954183107

Préliminaires :
Nous sommes à l’ère de vérité (le futur sera bientôt présent) :
Les décennies de tous les dangers arrivent : réchauffement climatique, démographie galopante, vieillissement de la population, émergences communautaires, concentrations urbaines, déficits abyssaux, affectation durable des réserves halieutiques, pollutions endémiques, raréfaction de l’eau potable, déséquilibres financiers, immigration effrénée… et surtout, déplétion du pétrole qui représente la menace la plus imminente et la plus percutante ! Pourquoi ?

Les généralités… (indicatif du présent)
Quelles que soient les politiques proposées et mises en oeuvre dans les années à venir, la déplétion, c’est à dire la diminution de capacité de production du pétrole, arrivera… Pour faire face à cette réelle menace, il n’existe pas aujourd’hui de consensus sur les initiatives et les solutions pour garantir l’avenir et préserver les générations futures. Il y a des sympathisants et des opposants aux éoliennes, à l’énergie nucléaire, à l’énergie hydraulique, aux agro-carburants… Seules la houille bleue, la biomasse et l’énergie solaire semblent faire l’unanimité mais elles se heurtent à des contraintes techniques et financières qui ne permettent pas aujourd’hui de considérer ces sources d’énergies comme des solutions palliatives universelles. En parallèle, toutes les politiques et les propositions sociales ne font guère plus de consensus : Il n’y a pas d’accord global sur la façon de traiter les problèmes “sociétaux”, les problèmes d’immigration ou les problèmes d’éducation… Bref, chaque groupe de pensées défend ses intérêts, ses positions, ses orientations et c’est la politique du petit pas et du chassé croisé qui domine, dans un monde où le réchauffement climatique et le passage du peak-oil menacent les équilibres économiques et sociaux et pire encore : l’humanité.

Les crises présentes reflètent l’avenir (à venir)
Les «subprimes», la dégradation des marchés, la faillite des états est à l’origine d’une course aux profits, de l’avidité consumériste et le résultat d’un manque de confiance dans l’avenir. Crédit signifie “confiance accordée”. Or la confiance n’est plus là et un grand nombre d’acteurs économiques savent que les générations futures ne pourront pas bénéficier des mêmes avantages et des ressources que nous gaspillons aujourd’hui.